• Exhibitor space

  • Visitor badge

  • Exhibitor List

  • Industrie infos

  • Trophées

  • facebook

  • Twitter

Sunday 30 March

Jordi Portella

Pour une entreprise, quelles sont les clés d’une meilleure compétitivité ?

 

Depuis notre enquête parmi des industriels, les objectives clés pour une amélioration de leur compétitivité peuvent s’organiser en quatre types :

 

1)   Diminuer le coût de la production et gagner en réactivité et en flexibilité. L’analyse des coûts est de moins en moins globale et plus spécifique aux différents processus industriel. La maitrise de la connaissance métier et l’industrialisation des produits est déterminante dans l’engagement des coûts opérationnels.

La direction industrielle cherche des lignes de fabrication plus flexibles qui leur permet une production plus polyvalente et mieux adaptée à la demande des clients.

 

2)   Améliorer l’efficience des processus est la clé des sociétés orientées « Produits ». Ça veut dire des fabrications en série de familles de produits, avec des volumes importants et répétitifs. C’est vrai que les lots de fabrications sont de plus en plus petits, mais les processus de fabrication se répètent. Dans ce cas l’efficience des processus est la clé principale de la compétitivité, comment faire mieux avec les mêmes moyens ?

 

3)   Améliorer les délais est la clé des sociétés orientées « projets ». Ça veut dire des fabrications en petites séries, avec des produits très personnalisées ou très spécifique à un projet concret. Dans ces cas, l’efficience du processus n’est pas vraiment pertinent, mais par contre le contrôle des délais, la gestion des ressources et le contrôle des coûts sont vitales.

 

4)   Etablir une culture d’amélioration continue. Dans tous les cas de figure, on va vers une organisation des usines plus participative du personnel, le rôle de ceux qui sont proches du problème devient très important : les managers des unités de production, les chefs d’équipe, les opérateurs des machines, les équipes de maintenance, qualité, sécurité et hygiène, etc.

 

 

 

Je suis industriel et souhaite repenser ma façon d’opérer…  Comment dois-je aborder cette démarche ?

 

Toujours depuis notre enquête, les industriels rencontrent des difficultés importantes pour atteindre ses objectives d’amélioration compétitive. En analysant les différentes données et notre expérience sur le terrain, on pourrait dire qu’il y a une différence notable entre la phase initiale de prise de connaissance, formation et compréhension de nouvelles méthodes de travail (Lean manufacturing, JIT, 5S, Kaizen, OEE, …) et la phase de mise en place pratique de ces connaissances.

 

On voit très souvent des ingénieurs industriels, ayant pour mission cette mise en place d’une stratégie d’amélioration continue et qui se heurtent au fait de la présence d’une multitude de tableurs, de fichiers regroupant une quantité d’informations indispensables à la production. Les données sont éparpillées et la base de connaissance d’industrialisation est par conséquent peu exploitable.

 

Les systèmes d’informations où sont stockées les données de production ne se comptent plus. Il est possible d’en retrouver plusieurs dans une même entreprise, sans que ceux-ci interagissent entre eux. De nombreuses copies d’informations sont créées par chaque utilisateur s’adonnant alors à des activités sans valeurs ajoutée.

 

Comment voyez-vous évoluer l’Ingénierie Production dans l’usine de demain ?

 

Pendant beaucoup d’années les industries ont investi massivement sur deux domaines du processus globale de l’entreprise : l’atelier et le bureau d’études.

 

Le premier avec des biens d’équipement et systèmes d’information dédiés à l’ordonnancement, la logistique et la planification. Pour ce qui concerne les bureaux d’études, les systèmes de conception assistés par ordinateur et plus récemment ceux dédies à l’analyse des modèles produits ont captés une bonne parti des investissements.

 

Cet investissement à toujours répondu a un besoin du maintien des avantages compétitifs qui à évolué de l’atelier vers le bureau d’études, mais, en général, il est difficile d’imaginer que ces deux domaines restent un avantage compétitif. Évidement les investissements continuerons, mais il y a un nouvel espace dans le processus global des entreprises qui devient le vrai enjeu de compétitivité : la maitrise de la connaissance du « comment » on travaille. La question parait simple, mais la réalité dans les entreprises et tout autre. Tout est sur des tableurs ou dans la tête des gens.

 

L’ingénierie production, associée à l’industrialisation et aux méthodes, répond principalement aux problématiques liées à la connaissance et à l’optimisation des moyens de production. Les industriels qui souhaitent gagner des avantages compétitifs pour rapport à son marché, devront focaliser ses investissements dans ce domaine.