• Espace exposant

  • Badge visiteur

  • Liste des exposants

  • Industrie infos

  • Trophées

  • Facebook

  • Twitter

Retour à la liste

Dix actions concrètes des comités de filières de l'industrie

Mis en place en 2010, les quatorze comités stratégiques de filières, qui réunissent syndicalistes et industriels, ont mené à bien 10 % des 275 actions sectorielles qu’ils ont planifiées. Les autres sont en cours ou à lancer.

A quoi servent les quatorze comités stratégiques de filières ? Mis en place en 2010, les comités ont répertorié 275 actions à mener dans les différentes filières industrielles. Selon le bilan dressé par le Conseil national de l’industrie, 10 % d’entre elles ont été menées à bien fin 2010. 45 % sont toujours en cours, tandis que 42 % doivent être lancées en 2014. Les 3 % restants ont échoué ou devront être révisés. Revues de détail de quelques-uns des projets concrets qui ont été élaborés par ces comités stratégiques :

 

1. Des "contacts PME" chez les grands groupes aéronautiques

 

Une liste de 60 référents pour les PME a été mise en place au sein des DRH des grands groupes aéronautiques dans les différents bassins d’emplois. Objectif initial : développer des collaborations entre grands groupes et PME sur l’apprentissage, alors que les entreprises plus petites rencontrent des difficultés pour recruter. Fin 2013, 50 apprentis effectuent  leur formation à temps partiel chez un donneur d’ordre et dans une PME sous-traitante. La fédération du secteur, le Gifas, espère atteindre 300 parcours partagés d’apprentissage.

 

2. Une couverture contre la baisse du dollar dans l’aéronautique

Le projet est encore loin d’être abouti. Des travaux ont été menés depuis début 2013 entre la filière aéronautique, la direction générale du Trésor et la Coface pour élaborer un "nouvel outil de couverture dollar pluriannuel" pour les PME et les ETI du secteur. Selon le comité stratégique, "ces travaux vont être poursuivis en 2014".

 

3. Des apprentis dans la chimie

Le comité stratégique a obtenu la publication d’un décret pour modifier le code du travail et permettre l’accès aux apprentis aux sites à risque Seveso, sous conditions. Une "maison de l’apprenti" doit aussi être réalisée cette année en Rhône-Alpes.

 

4. Un benchmark pour évaluer les plateformes industrielles chimiques

Une étude a été confiée à un cabinet de conseil pour évaluer dix plates-formes industrielles françaises et cinq autres en Europe. Objectif : analyser les forces et les faiblesses des sites français et déterminer en conséquence les actions à mener.

5. Des partages d’information dans le ferroviaire

En octobre, la filière ferroviaire a organisé un séminaire inter-industriels regroupant une centaine de PME ou PMI sous-traitantes du secteur, afin de présenter les perspectives d’activité à moyen terme des marchés du matériel roulant ou de la signalisation ferroviaire. Façon de mieux anticiper pour les sous-traitants les charges de travail à venir.

 

6. Une licence professionnelle construction navale

Pour répondre aux besoins en compétences de l’industrie navale, une licence professionnelle "métiers de l’industrie et construction navale" a été mise en place à l’IUT de Lorient par l’UIMM et la filière navale bretonne. La première promotion a été diplômée en septembre. La formation est l’un des volets du programme de structuration plus globale de la filière, baptisé "Oceans 21".

 

7. Une charte sociale dans le nucléaire

Un cahier des charges "applicables aux prestations de services et de travaux réalisés sur une installation nucléaire de base en France" a été mis en place, pour limiter les niveaux de sous-traitance mais aussi encadrer le recours à l’intérim ou réglementer les conditions de travail et de logement des salariés autour des sites nucléaires. Elle est mise en œuvre dans les appels d’offres depuis début 2013 et fait l’objet d’un suivi tous les six mois par le comité stratégique de filières.

 

8. Un programme de performance dans le ferroviaire

Développée par l’industrie ferroviaire, le projet First a obtenu 1 million d’euros de financement du programme des investissements d’avenir. L’objectif est d’améliorer la performance des PME dans l’industrie ferroviaire.

 

9. La création d’une vitrine du nucléaire

Pour exporter l’expertise de l’industrie nucléaire française, la filière nucléaire est en train d’organiser le "World nuclear exhibition" au Bourget en octobre 2014. Le salon doit servir de vitrine aux entreprises de la filière, notamment vis-à-vis des clients étrangers. Depuis l’été, les industriels du nucléaire se sont déjà regroupés dans une association pour promouvoir ensemble le nucléaire à l’export.

 

10. Une formation pour éviter les difficultés de recrutement dans la mode

Porté par l’Opcalia Textile-mode-cuir et le syndicat régional Mode Grand-Ouest, le projet "Trans-Faire" doit participer à former 300 personnes dans au moins 80 entreprises. En 2012, la gestion territoriale des emplois et des compétences avait fait apparaitre des besoins de recrutement de 300 personnes dans le bassin d’emplois.

 

Usinenouvelle.com

Solène Davesne