• Espace exposant

  • Badge visiteur

  • Liste des exposants

  • Industrie infos

  • Trophées

  • Facebook

  • Twitter

Retour à la liste

Aujourd’hui, tous les secteurs de l'industrie recrutent

Fleuron. Si une partie du secteur a connu des difficultés, les opportunités existent vraiment dans l’industrie, avec de l’emploi à tous les niveaux.

 

Avec 412 462 salariés au sein de 27 899 entreprises (1) , Rhône-Alpes est la deuxième région industrielle en France, après l’Ile-de-France. Largement tournée vers la sous-traitance (un tiers des effectifs) et l’export, elle repose sur l’équilibre entre activités traditionnelles (la chimie, la métallurgie, le textile…) et innovantes (le numérique, les biotechnologies, les énergies propres…).

Des profils de plus en plus qualifiés

Si, entre 1990 et 2010, Rhône-Alpes a perdu un quart de ses effectifs industriels (2) , avec un recul de l’emploi dans plusieurs secteurs d’activités (textile, métallurgie, machines et équipements, matériels de transport…), il a continué de croître dans d’autres (électronique, eau/déchets/dépollution, pharmacie et agroalimentaire…).

Aujourd’hui, tous les secteurs de l’industrie recrutent, notamment en raison des départs à la retraite. « En métallurgie, qui est la principale branche industrielle de la région avec environ 215 000 emplois au sein de 8 000 entreprises, nous attendons entre 10 000 et 12 000 recrutements en Rhône-Alpes en 2014 », affirme Vincent Rivoire, chargé de mission Pôle Expertise Métiers-Formations à l’Udimera (Union des industries métallurgiques et électriques en Rhône-Alpes). Il évoque des besoins « dans les grandes filières de la métallurgie (chaudronnerie, tuyauterie, mécanique et électricité/énergétique), mais aussi « sur les fonctions supports (technico-commerciaux, achat, maintenance, organisation industrielle…)».

Les entreprises de l’industrie recherchent des profils de plus en plus qualifiés. « Le gros du recrutement se fait au niveau Bac pro ou BTS/DUT, précise Vincent Rivoire. Mais il ne faut pas oublier les ingénieurs, et les CAP, qui nous intéressent aussi… »

L'alternance prisée

L’alternance séduit beaucoup le secteur. « On aime bien ce système de formation, parce qu’il nous permet de recruter ensuite des gens ayant une réelle qualification et une grande motivation. 85 % des apprentis et 80 % des contrats de professionnalisation trouvent un CDD ou un CDI dans les six mois après la fin de leur alternance », assure Vincent Rivoire.

Parmi les métiers les plus porteurs, ceux qui se rapportent aux démarches QSE (qualité-sécurité-environnement) devraient continuer à se développer, comme ceux liés à l’énergie. Enfin, l’industrie haut de gamme reste un fleuron. Les grands groupes ont donc toujours des besoins en R & D et en électronique, qui porte l’innovation.

 

(1) Chiffres CCI Rhône-Alpes 2013.

(2) Etude Insee Rhône-Alpes, décembre 2012.

 

Mardi 28 janvier 2014

Publié le 27/01/2014 à 22:22