• Espace exposant

  • Badge visiteur

  • Liste des exposants

  • Industrie infos

  • Trophées

  • Facebook

  • Twitter

Retour à la liste

Aéronautique. Vers une formation mieux adaptée aux offres d'emploi

Par C.Pietri


Le troisième comité de pilotage du projet Henri Fabre s'est réuni vendredi dernier au lycée Pierre Mendès-France de Vitrolles. Objectif de cette réunion : ajuster les formations aux demandes des entreprises du secteur aéronautique. Il y a chaque année près de 2500 recrutements en ouvriers qualifiés, techniciens, ingénieurs dans le secteur de l'aéronautique et de la mécanique sur la région de Marseille-Etang de Berre. Or la région n'a pas la capacité de répondre à cette demande "parce que les métiers ne sont pas assez connus par les jeunes ou parce que les sections de formation ne sont pas suffisamment bien orientées en fonction de ces besoins", explique Michel Cadot, le préfet de région.
C'est une des raisons pour laquelle les partenaires du projet Henri Fabre se sont réunis pour le troisième comité de pilotage du projet, après son lancement officiel en juillet 2012.  L'objectif du projet est de développer l'industrie de la région avec comme enjeu des discussions entre les différents acteurs de mieux ajuster l'offre de formation aux besoins des entreprises.
La dynamique du projet Henri Fabre vise à réunir sur un "coeur de zone" les entreprises, le monde de la formation, la recherche et l'innovation.


Vers une offre de formation mieux adaptée

Ce comité de pilotage du projet a donc rassemblé au lycée Pierre Mendès-France de Vitrolles les industriels de la filière aéronautique et de l'énergie, les écoles et organismes de formation ainsi que certains élus de collectivités territoriales. D'importantes décisions en matière de formation ont été prises comme orienter davantage de formations en direction des filières mécaniques et adapter l'offre de formation disponible aux emplois dans le secteur de l'aéronautique et de la mécanique.
Corinne Merlin, proviseur du lycée Pierre Mendès-France est directement concernée par cette nouvelle étape. Le lycée prépare du CAP au BTS aéronautique. Ces formations sont très demandées : 1 place pour 4 demandes en bac pro. 15 places en BTS pour 1200 dossiers reçus. Un succès qui s'explique par les forts débouchés à l'issue de ces formations.  "Les élèves qui sortent de bac professionnel ou de BTS ont tout de suite un emploi s'il le souhaite dans les grandes entreprises. Ils ont le choix. Pour eux,  c'est relativement facile", explique Corinne Merlin. Bonne nouvelle pour la Proviseur. Le recteur de l'académie d'Aix-Marseille l'a annoncé : l'année prochaine, l'effectif du BTS aéronautique devrait doubler.
Jean-Yves Longère, le directeur-général du Pôle Pégase, le pôle aéronautique et spatial de la région explique aisément ce problème : "On essaie d'accélérer la croissance que l'on a en région. Qui dit croissance dit besoin en compétences et justement l'offre de formation doit suivre".
Pour mettre en adéquation les besoins des entreprises et les désirs des jeunes, les services ont fait un recensement complet de l'offre de formation en région et un autre du besoin des entreprises. Une règle de trois qui aboutit à ce constat : les métiers de la mécanique ne sont pas assez valorisés.
"L'industrie a de l'avenir et a des métiers intéressants", martèle Jean-Yves Longère, " On a 10 000 emplois sur le bassin. On peut le doubler si on si prend bien. Il faut faire du marketing de métier ! ".

 

Maritima info
le 7 octobre 2013