• Espace exposant

  • Badge visiteur

  • Liste des exposants

  • Industrie infos

  • Trophées

  • Facebook

  • Twitter

Retour à la liste

Accompagner l'innovation

Accompagner l’innovation

Après la gestion stratégique de l’innovation (cf. INDUSTRIE infos #10), poursuivons notre approche pratique de l’innovation. Merci à Jean Breton et Marjorie Wiart, de Thésame Innovation, Pôle d’excellence en innovation, qui promeut Innovation PME®, programme destiné à aider les entreprises à dynamiser leur démarche d’innovation, pour leurs éclairages pertinents.

 

La gestion de projet innovant, valeur et risque

L’innovation fait partie des éléments majeurs de la stratégie de développement d’une PME. Pour être efficace, il faut d’abord déceler des innovations adaptées aux activités de l’entreprise. Le dirigeant et ses équipes ne manquent généralement pas d’idées, mais de méthode.

Il faut se donner le maximum de moyens pour réussir cette démarche : nourrir l’idée pour lui donner plus de pertinence, anticiper pour éviter des surcoûts sur les phases en aval du projet, et engager le marathon qui conduira à la mise en production de l’innovation.

Plusieurs phases doivent être mises en place pour passer, par étapes successives, de l’idée au projet réalisé, notamment les phases critiques d’exploration, de formulation et de faisabilité.

 

L’exploration et la formulation des idées d’innovation

La première étape sera une exploration au cours de laquelle naitront des idées d’innovation. Puis il va falloir entrer dans la formulation plus concrète de ces idées. Il est temps de détecter et analyser les différentes technologies envisageables pour la réalisation de l’innovation, évaluer les contraintes potentielles liées au marché et votre stratégie. Vous devez également examiner les ressources humaines, financières et matérielles nécessaires à la poursuite de votre projet. Ces compétences peuvent exister en interne ou à l’externe.

Pour gérer ce genre de situation, réunissez vos idées dans un « portefeuille des innovations » et privilégiez celle qui réunit dans le contexte du moment le plus grand nombre d’éléments positifs (le meilleur rapport potentiel/effort à consentir), celle pour laquelle vous disposez des meilleurs atouts au sein de votre entreprise.

La faisabilité, phase critique pour l’anticipation des risques 

Étape importante qui précède la phase de lancement, la faisabilité doit se conclure par un Go/No Go, ce qui implique qu’on va approfondir chaque dimension du projet d’innovation pour identifier tous les risques.

Vous pouvez commencer par approfondir les questions technologiques en fonction des marchés visés et des partenariats potentiels à mettre en œuvre car vous avez identifié que vous pourriez avoir besoin pour réaliser telle fonction de votre produit d’une technologie disponible chez un confrère. Et il existe un risque potentiel que ce dernier refuse de vous la vendre. Quelle solution alternative peut être alors envisagée ? Des obstacles importants peuvent apparaître à ce stade, et il est encore possible de changer de direction.

Bien qu’il n’existe pas de risque zéro en innovation, vous devez prévoir sous quelle forme un problème peut apparaître et comment le résoudre ou en minimiser le risque. Sur la dimension Marché, par exemple, une solution peut consister à fabriquer un démonstrateur du produit final permettant de le tester auprès des utilisateurs potentiels à travers un Focus Group.

Souvent, certaines dimensions non technologiques d’un projet d’innovation sont abordées trop tard dans le processus, entrainant un surcoût pour l’entreprise. Au stade du développement ou du lancement d’une innovation, les coûts sont plus élevés en cas de modification d’option. Tous les risques évalués et levés dans les phases précédentes sont synonymes de chances de réussite plus importantes.

Concernent la propriété intellectuelle, il faut étudier, avec l’INPI par exemple, toutes les protections à mettre en place. Il est aussi important de penser à la rentabilité du projet avec le retour sur investissement.

En affinant progressivement le coût du projet, vous pourrez estimer ce dernier avec les besoins financiers correspondant. Vous devrez également planifier les ressources nécessaires et en particulier si vous développez plusieurs innovations simultanément. N’oubliez pas aussi de vous demander si votre projet reste cohérent avec votre stratégie.

Concrètement, l’anticipation des risques vous conduira à lancer une étude de marché, conclure un accord de confidentialité avec vos fournisseurs pour éviter toute fuite intempestive, à lancer un recrutement ou encore à investir dans une nouvelle machine.

Prenons l’exemple d’une anticipation « juste à temps », celui d’une entreprise de plasturgie qui veut lancer un nouveau produit dans le domaine des équipements de jardin. Le prototype est réalisé et la validation technique est assez avancée, mais un doute subsiste sur le marketing et le marché potentiel. Le chef d’entreprise fait réaliser un Focus Group auprès d’utilisateurs au cours duquel apparaît la nécessité de revoir certaines fonctionnalités du produit et le design. Bien que la fonction principale reste la même, le produit aura changé dans sa forme et recevra un excellent accueil des clients et utilisateurs.

 

La gestion de projet innovant, d’abord une question de bonnes pratiques

Les risques en innovation sont multiples et varient d’un projet à l’autre. Mais il est possible de mettre en place quelques bonnes pratiques de gestion pour sécuriser vos projets d’innovation et optimiser leur valeur.

À l’exemple d’Innovation PME, programme d’accompagnement en Rhône-Alpes, il existe en France d’autres dispositifs d’aides importantes pour accompagner les PME dans leur démarche d’innovation, en faisant intervenir un consultant.

La gestion de projet innovant n’est pas uniquement destinée aux grosses structures. Des pratiques très simples peuvent être mises en œuvre dans des PME de 20 ou 50 salariés. Un exemple ? Dans le cadre d’un comité de pilotage mensuel, dirigeant et chef de projet font le point sur tous les aspects du dossier pour engager des choix et contrôler les risques, animent le portefeuille de projets.

Une bonne gestion de projet innovant avec une anticipation des risques et, au final, une optimisation de sa valeur, permet de rassurer les partenaires de l’entreprise, notamment financiers. La recherche de financements avecla BPI, par exemple, s’en trouve facilitée.

 

Pour en savoir plus :

THESAME Innovation (Annecy) 04 50 33 58 21 - info@thesame-innovation.com

Nord France Innovation Développement (Lille) 03 20 17 72 25 – www.jinnove.com/qui-sommes-nous/NFID-ses-missions